Demander plus d’informations

* Champ obligatoire

J' accepte les mentions légales, les conditions générales et la politique de confidentialité

Route du Cacao

Route du Cacao,
de Salvador à Porto Seguro

La Route du Cacao implique d’arriver aux origines du Brésil actuel, là où a commencé l’histoire de ce pays fascinant. Le premier contact des portugais avec le continent américain s’est produit au Mont Pascoal, à quelques kilomètres de Porto Seguro, où finalement les navires portugais ont cherché refuge.

Salvador a été fondée peu après et, dès le début, elle a, pour toujours, englobé le caractère hétérogène du pays. Nous savons tous que le Brésil est l’indien, l’africain et l’européen ensemble, mais Salvador encore plus. Cette harmonie spéciale avec la nature, la convivialité et la jouissance sans détruire ce qui nous entoure est, sans doute, propre au bahien, à la culture Tupi.

En tant que première capitale du pays pendant son époque coloniale, elle possède beaucoup de bâtiments importants. Ici, ont été construits la première cathédrale, la première université, le premier théâtre et la première bibliothèque publique. Dans tous les bâtiments publics ainsi que sur les ruelles de sa vieille ville palpite l’héritage portugais. Par ailleurs, attirés par les richesses qui s’exportaient d’ici, cette côte brésilienne a également été disputée par les hollandais, même si leur influence sur cette région est moindre en comparaison avec Pernambuco ou Maranhao.

C’est justement dans cette vieille ville, le Pelourinho, détentrice d’un caractère portugais si important, où se trouve l’héritage africain le plus important de Salvador.

Dans ce pays cohabitent trois continents, mais pas à parts égales. Il existe des zones plus européennes, des zones plus indigènes et Bahia qui, sans aucun doute, est l’âme noire.

Les cercles de Capoeira se forment dans n’importe quelle partie de la ville, face au Mercado Modelo ou à Pelourinho. La musique et les rythmes bahiens nous rappellent les tambours africains. Son carnaval en est un clair exemple de et il ne faut pas avoir une ouïe très musicale pour sentir la différence avec la Samba carioca. La cadence spéciale de la langue et des personnes, la couleur et l’odeur de la nourriture nous renvoient aux recettes de l’autre côté de l’océan, avec son huile de Dende, le yucca, l’okra et autres. Leurs croyances dans les orixas et la macumba nous parlent clairement des religions qu’ont apportées les esclaves africains. Et tout ceci est palpable à tout moment, puisque le Brésil colonial survit très subtilement à Bahia.

La Route du Cacao est dédié aux gourmets du tourisme. Les ressorts de grande qualité du Brésil se trouvent ici. Des noms très réputés, de Trancoso, l’île de Comandatuba, Praia do Forte, Costa do Sauípe, Itacaré ou Morro de Sao Paulo. L’éventail de possibilités est immense, depuis les complexes hôteliers, jusqu’aux petits et charmants éco-ressorts, l’ensemble d’une extraordinaire qualité.

La coexistence avec la nature est toujours possible si l’on veut, et ce n’est pas difficile à trouver puisqu’elle peut surgir à n’importe quel moment. L’épaisse forêt atlantique, avec la flore et faune exubérante, entoure le touriste pendant son voyage, de même que les immenses plantations de cacao, une autre richesse noire de Bahia.

Les sportifs ont également leur place ici. Parmi les différentes modalités qu’offrent la mer et la forêt, vous pouvez choisir entre l’aventure radicale ou quelque chose de plus modéré dans les complexes hôteliers. Cette zone du Brésil apaise les désirs de n’importe quel touriste.

Courtesy of Salvatore

Demander plus d’informations